Un Barbouillé muet et un Sganarelle prolixe face à face

demoliere_affiche-02


En montant l’une à la suite de l’autre deux des premières pièces de Molière, les Baltringues évoquent les chemins qu’il a empruntés pour faire évoluer son théâtre du canevas aux Alexandrins, de la foire et des tréteaux à la salle, de la farce à la comédie. Ils envoient valser les gros décors et mettent le plateau à nu pour se concentrer sur le jeu, le mot, le rire et la
poésie.


La Jalousie du Barbouillé :

Basé sur le canevas, le suivant au plus proche sans jamais dévier de ce qu’il raconte, le collectif a souhaité retrouver l’essence du jeu. A l’heure de la surinformation et de l’avènement d’internet, voire d’une publication à tout-va, des personnages, proche de la B.D., se jouent des clichés et vous racontent cette Jalousie avec le moins de mots possible.


Sganarelle ou le cocu imaginaire :

Ici on retrouve le texte et les alexandrins, la beauté du verbe et de la langue. Mais for de leur première aventure où le corps est impliqué à tout les instant, les Baltringues ne baissent pas le rythme et, malgré la langue, vous entraînent dans une rue où rien ne cesse de bouger. Des passants, des passants et encore des passants. Tout est vif. On ne prend pas le temps, provoquant une avalanche de quiproquos et menant Sganarelle à la folie.


Les Impostures
Une troisième forme est venu s’ajouter naturellement à ce diptyque. Une imposture sur la base d’un quiproquo, que les Baltringues proposent dans le milieu scolaire. Un remplaçant, un inspecteur et des parents d’élèves se trompent de classe et emmènent les élèves dans une avalanche de malentendus chers à Molière.
L’intérêt pédagogique s’est vite fait sentir chez les professeurs qui ne sont plus obligés d’aborder le théâtre que par la littérature.

Avec :

Julie Canadas
Rosalie De Backer
Emilie Debard
Félicien Graugnard
Ludovic Lemarié
Stéphanie Vertray

Adaptation et mise en scène : Antonin Vanneuville

Costumes : Emilie Dufossé
Graphisme : Gauthier Havet
Photo : Kalimba Mendès
Accessoires : Jérôme Le Guillou

En coproduction avec la Ville de Douchy-les-Mines (59),  laVille d’Avion (62), l’Espace Culturel Barbara (59 et le Printemps Culturel (59)